Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

 

Par Angie Willcocks, psychologue

L’adolescence est une période difficile dans bien des cas. Les ados vacillent entre le besoin de se rapprocher émotionnellement de leurs parents et celui de s’en éloigner, et ce, parfois plusieurs fois par jour!

Le fait qu’un parent soit navetteur peut entraîner des complications, car votre ado ne choisit pas le moment où il peut se rapprocher ou s’éloigner de vous. Il se pourrait qu’il ait désespérément besoin de vous lorsque vous êtes absent, mais qu’il vous ignore lorsque vous êtes à la maison. L’essentiel est de ne pas vous laisser influencer par vos pensées : écartez les pensées telles : « Il ne remarque même pas si je suis là ou non », qui pourraient vous déconnecter sur le plan émotionnel. Pensez plutôt : « Je suis son père (ou sa mère), il m’aime et je serai à sa disposition ». Difficile peut-être, mais ça vous aidera à ne pas prendre les choses personnellement.

Il n’y a aucun doute que les ados peuvent parfois sembler égoïstes. Il n’y a qu’eux qui comptent. Dans une certaine mesure, ils ne peuvent s’en empêcher puisque, à cet âge, le développement du cerveau fait en sorte qu’ils ne sont pas vraiment enclins à se préoccuper des sentiments des autres. En règle générale, ils s’attendent à ce que vous soyez disponible à leur guise. Cependant, lorsque vous êtes à la maison et voulez passer du temps avec eux, il est possible qu’ils soient sortis.
Il est donc essentiel d’établir des attentes familiales et des règles claires et de ne pas trop vous en faire si cela déplaît à votre ado.

Par exemple, en étant une famille qui vit des situations de navettage, il se peut que vous ayez établi des règles selon lesquelles l’adolescent regardera au moins un film en famille par semaine, aidera à l’entretien ménager pendant que maman ou papa est au loin et préparera le déjeuner pour toute la famille la fin de semaine.

Certains parents se sentent coupables ou mal vis-à-vis leurs enfants, si bien qu’ils se montrent moins exigeants. Curieusement, cela peut être mauvais pour l’estime de soi de l’enfant. Même s’il ne vous en remercie pas tout de suite, encourager votre ado à participer aux activités familiales, et vous attendre à ce qu’il le fasse, sera enrichissant pour lui et favorisera grandement la communication.

Par ailleurs, il est doublement difficile de communiquer avec des ados lorsque vous travaillez au loin. Contrairement à la croyance populaire, la plupart des ados souhaitent entretenir de bonnes relations avec les membres de leur famille; malheureusement, ils manquent souvent d’habiletés relationnelles.

Dans votre rôle de parent, c’est à vous que revient la responsabilité d’entretenir une relation de qualité avec votre ado, surtout si vous avez pris la décision de travailler au loin. Favorisez autant que possible la communication. N’allez pas croire qu’ils vous parleront « sur demande » ou dès que quelque chose les tracassera. Essayez simplement d’être le plus disponible possible.

Lorsque vous êtes à la maison, organisez-vous pour être le parent qui les conduira à leurs entraînements et qui les aidera à faire leurs devoirs.

Pratiquez l’écoute active (maintenez le contact visuel, souriez et incorporez des interjections pour montrer que vous suivez la conversation).

Ne baissez pas les bras et n’utilisez pas comme excuse le fait de travailler au loin si vous n’êtes pas au courant de ce qui se passe dans la vie de votre enfant. Inscrivez dans un journal la date des événements importants et des activités scolaires et téléphonez ou envoyez des textos régulièrement pour que votre ado sache que vous vous intéressez à lui. (N’oubliez pas qu’une question du genre : « Qu’as-tu offert comme cadeau d’anniversaire à Samantha? » est susceptible d’engendrer une réponse beaucoup plus longue que : « Comment s’est passée ta journée ? »)

De même, soyez aussi disponible que possible lorsque vous êtes loin. Utilisez la technologie telle la messagerie textuelle et les appels vidéo et laissez-lui quelques petits mots dans sa chambre pour qu’il sache que vous pensez à lui (surtout si vous vous absentez à l’occasion d’un événement qui compte pour lui).


 

 

Des familles de bonne mine vise à briser les barrières de l’isolement et le stress liés au fait de vivre loin de sa famille et de ses amis. Bien qu’il fournisse des conseils d’ordre général d’un psychologue, le contenu de ce site Web ne saurait se substituer aux services de professionnels de la santé ou de spécialistes de gestion de crise. Consultez toujours votre médecin ou votre spécialiste pour obtenir des conseils sur une affection particulière. Si vous êtes déprimé et avez besoin d’une aide d’urgence, composez le 9-1-1 ou visitez le site Web de l’Association canadienne pour la santé mentale à l’adresse www.cmha.ca/fr.